Le ventre de l'Atlantique de Fatou Diome Spécial

janvier 13, 2019 0 333

L'immigration est un thème récurent dans la littérature. Fatou Diome, l'auteure de Le ventre de l'Atlantique, l'avoue elle même : ce n'est pas un sujet original. Cependant, son roman livre une vision différente de l'immigration et l'aborde avec sincérité, humour et réalisme...

Résumé du livre : récit d'une immigrante sur une toile de fond de football

Salie, une jeune sénégalaise, rencontre un français qu'elle épouse. Pour lui, elle quitte sa terre natale et rejoint la France. Malheureusement, l'idylle ne dure pas. Un divorce plus tard, elle est obligée de faire des ménages pour financer ses études.

Sur le continent africain à Niodor, son frère Madické, suit avec passion le championnat d'Europe de football de l'année 2000. Ce sport, c'est toute sa vie. Avec les autres jeunes du village, il s'entraîne durement afin d'être recruté par un grand club de première division française et ainsi partir vivre là-bas.

Salie, qui sait d’expérience que la France n'est pas l'eldorado imaginé par Madické, voit d'un mauvais œil le rêve de son frère et souhaite qu'il reste vivre au Sénégal afin qu'il évite les désillusions qu'elle a elle même connues. Mais elle se heurte à une vision africaine de l'immigration selon laquelle il s'agit de l'unique moyen de connaître le succès...

Un roman presque autobiographique

Si Le ventre de l'Atlantique n'est pas une autobiographie, Fatou Diome s'est néanmoins largement inspirée de sa vie pour écrire son roman. Née en 1968 à Niodor, cette sénégalaise vit à Strasbourg depuis 1994, à l'instar de son personnage principal. Alors qu'elle vient de voir son treizième printemps, elle quitte son village pour faire des études. Passionnée par la littérature, elle écrit ses premières lignes à l'âge de seize ans.

Amoureuse d'un français qu'elle épousera, elle émigrera en France. Mais l'histoire prend une tournure inattendue puisque, deux années plus tard, elle divorcera. Malgré cette désillusion, Fatou Diome rebondira remarquablement. En 2001 est publié son premier écrit : La Préférence nationale, qui connaît un large succès.

Le ventre de l'Atlantique est son premier roman. Paru en 2003, il fera de Fatou Diome une auteure mondialement reconnue notamment grâce au point de vue original adopté sur l'immigration.

Quand France est censé rimer avec chance

Si Le ventre de l'Atlantique permet de se replonger dans les matchs du championnat d'Europe de football de l'année 2000 avec une précision remarquable, le thème principal du roman reste l'immigration. Dans la première partie du livre, Fatou Diome développe l'idée que beaucoup de sénégalais pensent que la France est la terre de tous les possibles. A l'image d'un « american dream », débarquer en France permettrait aux étrangers de remporter des succès et de revenir couvert de gloire dans leur pays natal. D'ailleurs, les habitants du village de Madické en sont presque tous persuadés. Il faut dire que les personnes les plus importantes de Niodor ont toutes côtoyé le succès en Europe : « tous ceux qui occupent des postes importants au pays ont étudié en France ». Si Madické veut devenir footballeur professionnel à l'instar de son héros Paolo Maldini, il est persuadé qu'en cas d'échec, il trouvera un travail dans l'Hexagone qui lui permettra de rapidement « ramener une petite fortune » dans son village.

 

Cependant Salie ne sait que trop bien qu'il s'agit d'une douce utopie. Elle souhaite à tout prix éviter que son frère ne soit pris dans les filets de l'émigration. Pour elle la France, ce n'est pas le paradis. Malgré ses avertissements, les villageois restent persuadés que la réussite se trouve sur le vieux continent. Pour eux, la jeune femme s'est embourgeoisée et a oublié ses racines.

Pourtant Salie a connue une forte désillusion en venant en France. Pire encore, elle affirme que les « enfants, bercés par le refrain Liberté, Egalité, Fraternité, perdent leurs illusions lorsque, après un combat de longue haleine, ils se rendent compte que la naturalisation enfin obtenue n'ouvre pas davantage leur horizon ». Mais loin de cette réalité, les jeunes sénégalais sont gavés de récits de réussites qui nourrissent leur rêve de traversée de l'Atlantique.

A travers son roman, Fatou Diome livre un témoignage poignant sur sa propre expérience. Sans chercher à briser les rêves des jeunes africains souhaitant émigrer, elle souhaite les mettre en garde contre les idées préconçues trop souvent véhiculés dans leur village. Sans faire de généralité, l'auteure livre son histoire, son expérience de l'immigration.

Un des autres thèmes principaux du livre est la situation des immigrés en France. Eux, qui pensaient s'intégrer facilement dans la société autoproclamée des droits de l'Homme, se heurtent à l'hostilité des locaux mais pas seulement. En effet, Salie se sent presque apatride : les villageois de Niodor lui reprochent d'être devenue une occidentale égoïste tandis que les français ne l'intègrent pas dans la société tricolore. La chimère que représente la France pour les jeunes sénégalais est donc bien éloignée de la réalité que Salie côtoie au quotidien.

En soit, l'auteure sénégalaise avertit le lecteur : émigrer ce n'est pas forcément adopter une nouvelle patrie, une nouvelle culture en plus de la sienne. L'expatrié, de part son expérience se démarque des siens. Mais du fait de son passé, il ne parvient pas toujours à s'intégrer dans la nouvelle société qu'il découvre. Dès lors, émigrer peut aboutir à un mal être dû à un double rejet : celui des personnes de son pays natal mais aussi celui de la population de sa terre d'accueil.

L'immigration n'est qu'une des solutions

Finalement, ce livre vaut-il le détour ? Assurément. L'immigration est abordée frontalement sans pour autant que le livre ne soit purement instructif. La présence du football dans l'histoire permet de la rendre plus légère et encore plus captivante.

Dans ce roman, Fatou Diome souhaite rappeler à toute personne qui souhaite immigrer que le rêve imaginé ne deviendra pas forcément réalité. En effet, tout immigré connaît des difficultés pour s'intégrer. En définitive l'auteure s’efforce à raconter le mal être que tout expatrié peut ressentir lorsqu'il a quitté sa terre natale depuis plusieurs années. Plus encore, elle rappelle que l'immigration n'est pas la seule possibilité pour rencontrer le succès. Trop d'étrangers pensent que l'herbe est plus verte de l'autre côté de la barrière. En réalité, l'épanouissement peut se rencontrer sur nos terres natales.

Néanmoins, si le personnage de Salie donne une vision parfois négative de l'immigration, il ne faut pas en déduire que Fatou Diome décourage quiconque d'émigrer. Ce roman permet simplement à chacun de comprendre qu'il ne s'agit pas d'une décision à prendre à la légère. Nombreux seront les obstacles à passer avant de parvenir à réaliser ses rêves. S'ils ne sont pas infranchissables, il faudra parfois faire preuve d'une détermination sans faille et d'abnégation pour éviter une sérieuse désillusion...  

Dernière modification le samedi, 02 février 2019 13:43
Immigrant Magazine

Promotion de vos activités
Entrepreneur, professionnel, dirigeant
Vous avez besoin d'un service pour votre organisation?

Nos services
Présentation de votre portrait gagnant;
Reportage complète sur votre organisation;
Interview personnalisée pour entrepreneur et professionnel
Exposition, communication, publicité, conférences, offre et demande d'emploi, annonces et autres activités

contact@immigrantmagazine.fr

www.immigrantmagazine.fr

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.