TROMBINOSCOPE DE LA DIVERSITÉ IMMIGRANTE

Dans l'histoire contemporaine, des cas surabondent. Je suis fier d'être le citoyen de la très belle ville de Paris dont Madame Hidalgo est Maire. Elle est française et espagnole. Quand la France se donna pour 23e président Nicolas Sarkozy de Nagy-Bocsa, j'étais en France. À vingt ans, Manuel Valls Galfetti devint français de nationalité. Des années plus tard, il devint Premier ministre énergique de la France. I was here !

Très souvent, je me demande si sera tenue la promesse de l'accession automatique à la nationalité française à 65 ans par les migrants qui ont tout donné à la France, promesse faite par le président de la République française lors de son premier discours sur l'immigration le 14 décembre 2014, au cours de l'inauguration du Musée sur l'Histoire de l'Immigration !


Il est vrai qu'il faudrait reconnaître qu'en matière d'immigration, il y a une exception française. Elle réserve aux Africains, surtout, ainsi qu'aux Maghrébins la qualification d'immigrants. On voudrait que l'immigration soit synonyme de pauvreté et que cette pauvreté soit l'identité remarquable de l'Afrique.
De quelle pauvreté parle-t-on ? L'Afrique, est-elle vraiment pauvre ? Si elle l'était, pourquoi n'a-t-on jamais fait des états généraux de la pauvreté et de la misère africaine ? Qui a déjà entendu un discours responsable et sérieux sur les origines de la pauvreté et de la misère africaine ?
Tant de questions qui marquent le curseur de l’accueil des migrants vers le moyen-âge de l'art politique. La France est un grand pays intelligent peuplé de grandes universités façonnant de grands intellectuels ; malheureusement, au lieu de former une communauté d'enjeux et d'intérêts avec eux, elle passe tout son temps à s'en méfier.

Voici donc un trombinoscope qui aidera, je l'espère ce pays tant aimé pour sa soif de la liberté à se réconcilier avec celles et ceux dont elle a participé à la formation et à l'élévation sociale !

D'autant que plusieurs d'entre eux sont reçus à bras ouverts par des pays qui ont longtemps acquis une expertise en la matière. Le Canada, en est l'exemple parfait. Les étrangers y sont accueillis par un ministère des migrants, et non par un ministère de l'Intérieur qui les flics puis les pourchasse.

Un migrant se soigne et se forme pour qu'il soit source de prospérité dans le pays. La migration est une politique beaucoup trop sérieuse pour qu'elle ne soit qu'un simple enjeu électoral. L'article 13, de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme de 1948 fut l'annonce révolutionnaire de ce qui devra devenir le droit du migrant en ces termes : « Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d'un État. Toute personne a le droit de quitter son pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays ».

Quand le droit international bouleverse ainsi les règles classiques de l'intangibilité des frontières des États, c'est au profit de l'Homme qu'il le fait. Il fallait, en effet, une dimension normative pour que les intérêts souverainistes ne ferment pas à l'Homme son émancipation des conditions de vie ou des persécutions de son propre pays vers le grand large que représente la communauté des Nations. Ce droit international garantissait également une émancipation des esclavages et moult servitudes réservées aux étrangers dans lesquelles enferment les nations vers le foyer de reconnaissance de son propre pays. Cette volonté de percuter les rituels des États-nations au profit de l'Homme est sans doute la merveilleuse leçon que le droit a pu donner et donnera toujours à la politique et à celles et ceux qui s'y exercent. Cet article 13 de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme affirme et confirme définitivement que la politique est faite pour l'Homme et non l'Homme pour la politique.

Puisque migrer n'est pas toujours un choix. Comme le constatait l'artiste français Maxime Le Forestier en 1988 avec son titre « Né Quelque Part » : on ne choisit pas « les trottoirs de Manille, de Paris ou d'Alger pour apprendre à marcher ». En effet, lorsque fut déclenché le 24 août 1572 le massacre des protestants de la Saint-Barthélemy à Paris, celles et ceux qui ont dû migrer pour fuir ce crime n'ont pas choisi de quitter leur terre natale. Il fallait cependant sauver sa vie, celle de sa famille ainsi que sa foi. Et pour cela qu'importa le pays ou la terre d'accueil ; l'essentiel était de continuer à exister.

Les Irlandais qui ont pris tant et tant de risques à travers mers et océans pour faire partie de ces pionniers, ceux qui ont bâti cet empire américain savent ce qu'ils laissaient derrière eux, mais ne savaient toujours pas ce qui les attendaient dans cette marche aveugle.

C'est le passé.

Mais qui accorde une attention particulière aux migrants d'aujourd'hui dans nos capitales ? Pourquoi doivent-ils avoir peur d'exister malgré leurs compétences et leur statut social ? Pourquoi doivent-ils supporter les regards soupçonneux, comme s'ils étaient des voleurs de pains, des apporteurs de la misère du monde ? Quand les regardera-t-on uniquement comme des Hommes et de Femmes ? Que faut-il encore faire pour que leur itinéraire personnel soit individualisé et serve d'exemple à tous ? Tant qu'on les regardera comme des personnes, personne ne les verra, mais dès l'instant qu'on distinguera les individus qu'ils ou qu'elles sont, nous serons séduits par leur génie, leur combativité ainsi que leur force de vivre.

Par ce trombinoscope, nous voulons vous les montrer. Nous les avons rencontrés puissants, belles, beaux et porteurs de l'espoir du monde en mouvement que nous allons laisser à nos enfants. Décidément, la terre a été créée par Dieu et laissée entre les mains des migrants pour bien la gérer.
Levons les yeux vers la grande histoire pour le voir et le savoir.

Dernière modification le mercredi, 03 avril 2019 12:11
Immigrant Magazine

Promotion de vos activités
Entrepreneur, professionnel, dirigeant
Vous avez besoin d'un service pour votre organisation?

Nos services
Présentation de votre portrait gagnant;
Reportage complète sur votre organisation;
Interview personnalisée pour entrepreneur et professionnel
Exposition, communication, publicité, conférences, offre et demande d'emploi, annonces et autres activités

contact@immigrantmagazine.fr

www.immigrantmagazine.fr

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.